Episode 46

18 juin 2014. 16h32.

Hier soir je m’étais prévu une petite soirée auto-chouchoutage en mode plateau télé et film de fashionista. J’avais prévu de regarder Yves Saint Laurent, qui me faisait du plat depuis un moment. Je mourrais d’envie de découvrir comment on peut fonder une maison de haute couture à 25 ans et faire perdurer son oeuvre même après la fin de sa vie…

Le thème me semblait passionnant et l’acteur principal jouissait vraiment d’une ressemblance exceptionnelle avec le personnage, avec son jeu (manières, voix etc), l’illusion était parfaite.

Au départ, malgré le fait que le film démarre alors qu’il est déjà entré chez Dior (à 21 ans!) et que j’aurais préféré comprendre comment, le film est prenant. On voit comment il est nommé directeur artistique à la mort de Christian Dior lui-même, sa fragilité émotionnelle face à cet événement qui le propulse sur le devant de la scène alors qu’il entre à peine dans sa vie d’adulte et n’a jamais eu à assumer une telle responsabilité, et surtout sa chute dépressive lorsqu’il apprend qu’il est appelé sous les drapeaux direction l’Algérie.

Il se trouve un compagnon pour le soutenir dans ces épreuves. En effet, on comprend au bout de trente seconde qu’il est homosexuel lorsqu’on le voit insensible au charme de la mannequin vedette Victoire, jouée par la très jolie Charlotte LeBon. Même s’il se cherche (environ une minute ^^). C’est ce compagnon qui le suivra tout au long de sa vie et racontera l’histoire.

Sauf qu’au bout d’environ une grosse demi-heure de film, le scénario commence à se tourner vers les démons intérieurs du couturier. Sans qu’on en comprenne réellement les raisons, on voit son besoin de se perdre, de s’oublier, de se détruire. Désacralisation immédiate! Puis on a droit à de nombreuses scènes de débauche virile qui n’apportent rien…

Et là j’ai coupé, ça m’a clairement plus donné envie… Je ne saurais vous dire comment se termine l’histoire. Je me suis dit que, bien qu’ouverte d’esprit sur l’homosexualité, je trouvais que le cinéma en faisait beaucoup trop sur le sujet…

Ça avait commencé il y a tout juste quelques années avec Brokeback Mountain. Où deux cow-boys sortis de nos fantasmes de filles se sautent mutuellement dessus crûment.

Bon. L’histoire est belle, pourquoi pas.

Puis j’ai vu Harvey Milk (Sean Pean et James Franco qui s’embrasse goulûment) ( non mais JAMES FRANCO quoi!!!) mais on va dire que le côté homosexuel du ce futur homme politique des années 70 est important pour comprendre comment il a développé sa popularité dans un quartier de San Francisco d’abord réticent, puis à conquis la Californie.

J’ai visionné I love You philip Morris (Jim Carrey et Ewan Mc Gregor)… Puis ma vie avec Liberace ( Mickael Douglas avec Matt Damon qui s’envoient en l’air comme des fous furieux). Et donc enfin Yves St Laurent, qui a un moment s’adonne même à du SMisme dans un club…
J’ai également regardé Shame (c’est vrai que je regarde beaucoup de films!) ou Mickael Fassbender, l’homme au corps le plus « sexy » du monde essaie les hommes en plein crise de son addiction au sexe. Et il y reviendra sûrement !

Alors d’accord, ces personnes sont homosexuelles, et c’est une des choses qui les fait avancer dans la vie…leur compagnon par exemple, l’admiration qu’il voue à leur moitié, le fait que leur orientation sexuelle leur nuise ou leur procure une certaine popularité, le fait que ça rend leur histoire d’amour impossible. Mais doit-on toujours nous abreuver d’images crues sur le sujet? A croire qu’être gay se résume à avoir des pratiques sexuelles dépravées et folles… Que pour être un bon acteur, il faut fourrer sa langue dans la bouche d’un autre homme…

En plus, on a toujours le pire, les images crues, les pratiques tordues, etc, alors que souvent dans film qui conte une histoire d’amour, les scènes physiques sont pudiquement coupés après quelques instants. Alors pourquoi l’amour entre hommes doit être sali?

Non parce qu’on a jamais droit à ce genre de scènes avec des filles nymphomanes qui se tapent tout ce qui bouge, parce que ça leur permet d’avancer dans leur carrière, et pourtant ça pourrait être aussi important non? ^^

Je trouve que stigmatiser autant les gays contribue à entacher leur image au lieu de devenir naturel. Et du coup

Bref j’ai coupé le film… Et je me suis fait un épisode d’esprit criminel ! Au moins, on est sûrs de savoir pourquoi ils sont tordus! Et surtout il y a le beau Shemar Moore…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s