Episode 32

31 décembre 2013.

Le bon côté du réveillon, c’est la possibilité de se lâcher complètement avec la bénédiction du monde entier sous prétexte qu’il y a quelque chose « d’universel » à fêter. Tout est permis. La contrepartie c’est une organisation de longue haleine, une prise de poids considérable suite aux excès cumulés et un 1er jour de l’année nécessairement passé à boire du Perrier et à avaler des aspirines.

Le 31 est pour moi toujours une journée difficile. La fin des fêtes, la mauvaise conscience pour la nourriture grasse ingurgitée, la tête pleine de questions sur le passé et l’avenir, la peur du futur, l’inquiétude croissante sur l’ambiance de la soirée ( Ce réveillon va-t-il être réussi? ) et sur la tenue parfaite, la rétrospective sur les succès et les erreurs de l’année écoulée, bref les heures qui s’écoulent lentement sont pour moi une réelle torture.

Arrivée à l’heure fatidique de la préparation, j’essaie de mettre mes idées sombre de côté et m’attaque à l’exercice difficile de me métamorphoser en princesse pour finir l’année en beauté. Et il y a du travail!

Finalement, après un maquillage très sophistiqué appliqué avec précision suite à l’enfilage serré d’une robe courte en soie sauvage vert sombre, d’une paire de collants et de beaux escarpins Jimmy Choo à la cambrure folle, je file à ma soirée… Mon Jules ne sera pas présent, ayant déjà une soirée avec ses amis (et ne m’ayant d’ailleurs pas invitée à ladite soirée… )

Une fois sur place, c’est l’orgie de petites douceurs, verrines raffinées en tous genres à base de foie gras, de noix de saint Jacques, de crevettes etc, le tout arrosé de Mojito servis dans d’immenses verres colorés! Puis suivent les toasts, les feuilletés, les mini gratins et les bouchées salées. Un délice du palais et des quantités de gras, de sucre, de sel pour accompagner le tout.

Arrive le fameux décompte. Les bouchons des bouteilles de champagne sautent, les cotillons volent dans la pièce, les chapeaux et les serpentins passent de mains en mains et tout le monde s’en donne à coeur joie! Puis on s’embrasse, on se congratule, on se souhaite des choses incroyables.

Bizarrement j’ai une petite pensée pour mon ami, et le venin du doute commence à me ronger. Pourquoi suis-je ici alors que lui est ailleurs? Je chasse bien vite ces pensées et me concentre sur les gens qui m’entourent.

Enfin c’est la valse des messages et des appels. Parfois c’est attendu (les parents, la soeur, les amis qui avaient d’autres obligations, les connaissances qu’on voit régulièrement mais qui ne sont pas assez proches pour partager cette soirée avec nous… ) , parfois c’est une drôle de surprise (un ex datant de la première guerre mondiale, un collègue de boulot à qui on ne se souvient même pas avoir donné son numéro, un ami dont on a eu aucune nouvelle depuis 7 ans et j’en passe…) et souvent certaines personnes brillent par leur absence… Le flot se calme un peu aux alentours d’une heure du matin et chacun laisse un peu son téléphone afin de profiter pleinement de la soirée. Je souris en voyant certaines personnes s’acharner à l’envoi d’un message alors que le « réseau ne passe pas ».

Ca y est l’ambiance festive démarre réellement. Vieux tubes et déhanchés sont au rendez vous. Le temps passe à une allure folle, comme par enchantement. C’est une nouvelle année qui débute dans l’euphorie et la joie, et d’un seul coup le ciel s’éclaire un peu plus et chasse les nuages de la journée de questionnement. Il faut faire table rase et avancer!

Je me sens bien, nouvelle, satisfaite. Je suis pleine d’espoir, de vie, de faim. J’ai envie de conquérir le monde. Et même si je sais que je retoucherai terre demain, pour l’instant je savoure chaque instant de cette belle énergie.

01 Janvier 2014.

Retour à la réalité. La tête cogne dur et mon estomac s’est positionné au bord de mes lèvres. Pourtant je vais bien. Je me réveille en douceur et me passe Michaël Bubblé , feel good (it’s a new day…it’s a new life and iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii’m feeeeeeeeeeeeeeeliiiiiiing goooooood) et je chante à tue-tête. Demain je retourne au travail mais aujourd’hui j’ai le droit d’être une loque dans mon canapé.

Je me décide à regarder la saga des Rocky, parce que j’adore ce type de films et que je ne les ai pas vus depuis des lustres. Du 1er au 5, je passe la journée devant la télévision, à grignoter de quoi colmater mon estomac et à boire du coca zéro. Cette façon de commencer l’année me plaît! Oh un message de mon Jules… de très beaux voeux pour cette année. Auxquels je réponds par un sec « bonne année, bisous » qui ne reçoit pas de retour. J’avise l’heure, il est 18h. Rien n’entamera mon beau moral. Allez je m’installe devant Rocky 6…

A partir de demain, régime! Mais pour l’instant je me régalerais bien de pop corn devant le dernier opus de la saga… La même façon de résister à la tentation, c’est d’y céder!

2014 me voilà!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s