Episode 31

29 Novembre 10h16.

Premier vrai réveil en amoureux… La dernière fois je travaillais le lendemain et j’avais à peine fermé l’œil. Puis je m’étais éjectée du lit à la vitesse de l’éclair pour filer à la salle de bain et m’enfuir comme une voleuse, la tête ébouriffée et sans caféine, par peur qu’il ne me voit et ne s’enfuit en courant de son propre appartement. Résultat il s’était levé après mon départ et je suis arrivée au bureau avec… 45 bonnes minutes d’avance!

Mais d’abord, je garde les yeux fermés et fait mine de dormir pour mieux me remémorer la journée d’hier. Mon Jules m’avait appelé en tout début d’après midi, il voulait que je l’accompagne au magasin castorama, car il souhaitait refaire sa salle de bains. Oups les papillons dans l’estomac étaient revenus en un clin d’œil! J’étais flattée qu’il me fasse venir pour avoir mon opinion en matière de décoration, et toute excitée à l’idée qu’on ait une activité à deux.

Pas question d’aller dans un magasin de bricolage en tenue décontractée (genre j’ai fais une pause dans les travaux et je vais en jean taché et mains sales chez Casto) ni en tenue trop apprêtée (qu’est-ce qu’elle fait habillée comme ça celle là?), donc ce sera jean slim clair, bottes en cuir noir, pull noir et veste courte en cuir noir. Il passe me récupérer et en avant.

Arrivée au magasin, tous mes préjugés sur ce type d’endroit s’écroulèrent comme par enchantement. Au lieu d’un tas d’hommes complètement machos et sales avec des bleus de travail, il y avait quasi exclusivement des couples! Des hommes poussant des chariots avec des mètres à la main et leurs moitiés leur dispensant des conseils comme si elles avaient obtenu un doctorat en travaux de la maison.

Rayon après rayon, nous avons choisi ensemble les carreaux, les meubles, la vasque, le tapis, même les petits accessoires tels que le porte savon et le verre à brosse à dents. C’était excessivement exaltant et les papillons se transformèrent en meute. En réalité se fut la partie facile. Ensuite il fallut refaire le tour pour trouver de l’enduit, de la colle, des réglettes et même des tonnes d’objet dont je ne me souviens pas du nom! Là ce fut long et laborieux et il me fallut déployer des réserves de patience pour avoir l’air passionnée, alors que j’aurais préféré aller chez le dentiste que de me demander si la colle pour les joint était plus économique sous son grand ou petit format (mais pourquoi n’y a-t-il pas le prix au kilo comme dans les grandes surfaces?)

La récompense après l’effort fut un dîner dans un restaurant branché, où la musique et la lumière tamisée remplacèrent la conversation langoureuse, mais les rasades d’un rouge délicieux nous mirent dans de bonnes dispositions pour la suite. Nous allâmes ensuite boire un cocktail dans un super bar. Là les oeillades amoureuses s’étirèrent jusqu’au retour chez lui…

Et me voici là, au petit matin, à l’aube du dimanche…. étendue dans son lit les yeux fermés et me demandant quoi faire. Déjà je vais discrètement aller aux toilettes. Petit passage en salle de bain par la suite. Je me passe de l’eau sur le visage, me rince la bouche à l’eau claire, efface les résidus de noir sous mes yeux (malgré mon démaquillage!). Puis mon regard tombe sur mon sac à main. Hourra je l’avais laissé dans la salle de bains!

Ma conscience me torture quelques minutes, puis je cède honteusement et j’attrape ma trousse de maquillage dans mon sac. D’abord une crème lavante, puis une crème hydratante et enfin une bébé crème, le tout en marque clarins évidemment. Puis une once de poudre libre incolore. Et je regarde d’un oeil critique le résultat. Plutôt pas mal en réalité, et très très naturel, sans commune mesure avec un fond de teint aisément repérable!

Je retourne au lit à pas de loup et me glisse sous la couverture. Il dort toujours, son souffle régulier le prouvant à chaque instant. Je réussis à m’assoupir.

Au réveil, j’entrouvre les yeux, et le retrouve à moitié penché au dessus de moi, le regard pétillant et un doux sourire aux lèvres…

« Ce que t’es belle! On dirait que tu es encore plus belle au matin! »

Je me hâte de lui sauter dessus et je remercie en mon for intérieur le dieu du maquillage, sauveteur et saint patron de toutes les fashionista comme moi!

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s