Episode 24

5 décembre. 14h20.

Les choses allaient en se compliquant! S’il y a bien une règle qui ne varie jamais en amour… c’est que quand on se sépare de quelqu’un, notamment cet ex qui nous a prise pour une idiote mais avec lequel on était si bien… ben voilà! Un jour il REVIENT!

Peu importe ce qu’il s’est passé… Il y en a même sûrement eu plusieurs. Celui qui était si beau que toutes les filles le voulaient…et l’obtenaient derrière notre dos! Celui avec qui tout ce passait à merveille, jusqu’à ce qu’il nous quitte comme une vieille chaussette alors « qu’il n’y a personne d’autre » mais qu’on le croise trois jours après en train d’enfoncer sa langue dans une bouche inconnue… Ou pire dans une bouche connue! Celui qui prétend être quelqu’un qu’il n’est vraiment pas et on finit par l’apprendre à ses dépens dans la bouche d’une de ses ex, voire de ses amis qui ont finit par nous apprécier… Et la liste est longue!

Mais un jour, en règle générale, lorsque l’on va bien et qu’on se situe dans une relation sentimentale stable qui est amenée à évoluer favorablement à court terme et se solidifier ; ou encore a contrario lorsque notre vie est un chaos total et qu’on cherche désespérément quelque chose de solide auquel s’accrocher, alors ce jour le radar de ce type s’enclenche (si si !!! c’est un don chez certains… ils ont du mal à épeler D-O-N mais ils arrivent à sentir jusqu’à 800 kilomètres une filles fragile OU sur le point d’échapper à leur emprise!) et miracle, il nous contacte, comme si entre son dernier message ou appel et celui du jour, le temps s’était suspendu et qu’on l’avait attendu…

Au début bien sur son arrogance nous énerve. Comment est-ce qu’il a pu croire qu’il pouvait m’écrire au bout de 18 mois et que je lui sauterais dans les bras? D’ailleurs comment peut-il même oser m’écrire après tout ce qu’il m’a fait? Mais en même temps aussi se réveille notre égo… tout doucement d’abord (on est flattée…) puis de plus en plus ( ahah il ne m’a jamais oubliée!), croulant sous ses attaques et ses compliments perfides. Il sait trouver les mots puisqu’il nous connaît par coeur. Il sait qu’on craque pour lui, même si ce n’est ni intelligent ni raisonnable… Et en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire… POUF tout part à vaux l’eau !! Et bien sur on replonge, tête la première!

La suite, on la connaît toutes! A peu près 12 chances sur dix qu’il nous fasse la même chose, ou qu’il trouve une variante au moins équivalente en terme de destruction pour nous…

Il se trouve que Sonya et moi vivons ensemble ce malheur féminin, de « retour de l’ex », elle parce que sa vie était sans dessus dessous, qu’on lui avait annoncé la semaine dernière un licenciement économique, que son propriétaire venait de lui donner congés, qu’une partie de ses « copines » (enfin en l’occurrence on peut dire pseudo-copines!) avait arrêté de la voir à cause d’une sombre histoire de ragots et de jalousie, que personne n’avait complètement compris… Et là, son tout premier ex sérieux, l’homme qu’elle avait passionnément aimé malgré ses 12 ans de plus qu’elle et le fait qu’elle découvrit plus tard qu’il avait oublié de lui dire qu’il était marié, revenait parce qu’il s’était séparé et « souhaitait une relation sérieuse »!

Pour ma part, je venais de rencontrer mon Jules et approchait à grands pas « l’étape supérieure », qui m’affolait autant qu’elle me terrorisait et je n’avais pas fait une aussi belle rencontre depuis… depuis jamais en fait!! Un coup de coeur comme ça, c’était la première fois! Evidemment je venais de recevoir un message d’un de mes derniers petits amis, avec lequel le courant passait si bien mais qui m’avait quittée du jour au lendemain parce qu’il pensait qu’il aurait une relation bien plus « viable » avec une autre fille, meilleur rapport « qualité-prix » que moi apparemment. Oui sous ses abords de garçon compréhensif qui voulait que je me « livre », il évaluait mes qualités, mes défauts, mon degré de « chiante ». Et hop, du jour au lendemain, ce n’était plus utile qu’on se voit puisqu’on allait pas dans la même direction. En tous cas il ne devait pas avoir trouvé mieux (fierté quand tu nous tiens!) puisqu’il demandait instamment à me voir au plus tôt, parce qu’on avait « raté quelque chose ».

15H07. Je suis en ligne avec Sonya et on se raconte nos nouvelles respectives. Puis on se remémore nos souvenirs des périodes où ces hommes nous tourmentaient.

« Tu te rappelles comment j’étais hystérique quand il ne répondait pas à mes messages? Je soupçonnais quelque chose au fond de moi mais je ne voulais pas y croire…
 – Oui c’est vrai je m’en souviens bien, t’avais appris à loucher sur son téléphone en faisant semblant de regarder autre chose! Et moi, tu te souviens quand je te disais combien il était merveilleux? Et du jour au lendemain je me suis retrouvée seule avec mon incompréhension?
 – C’est clair, on avait pas compris! Un jour c’était le bonheur et le lendemain tu ne pouvais plus t’arrêter de pleurer!
 – Han et quand sa femme t’avais appelée pour t’insulter pendant des heures?? Je m’en rappelle comme si c’était hier! Elle n’avait pas respiré et débité ses méchancetés sur toi comme un serpent!
 – Oui…
 – Tu sais quoi, on ne va pas les laisser faire, ni même les laisser revenir! C’est hors de question. Tu n’as pas besoin d’un problème supplémentaire dans ta vie! Ce qu’il te faudrait c’est un garçon bien et solide pour t’épauler. Une relation saine et durable. On va les renvoyer d’où ils viennent!
 – Oui tu as raison! Et toi tu as quelqu’un dans ta vie, c’est frais bien sur mais il faut bien commencer quelque part! Puis vu ce que tu en racontes ça a l’air si bien parti! Ce serait dommage de tout gâcher, tu dois laisser une chance à cette histoire!
 – Oui… on fait le pacte de ne jamais les revoir et de seulement s’en débarrasser.
 – Yeah! D’accord!  »

Evidemment, ce fut bien plus facile à dire qu’à faire!

Les textos s’enchaînaient et le ton mielleux augmentait à mesure que je tentais de me dérober! Je finis par tenir bon, malgré que rien ne semblait devoir l’arrêter, ni la mention d’un autre homme dans ma vie (j’avais oublié à quel point sa vanité se battait avec son estime de lui-même!) ni celle que je ne tenais pas à le revoir. Il essaya pendant plusieurs heures, appela, supplia. Mon coeur hésitait parfois, lorsque nous plaisantions et que nos réactions collaient si parfaitement, que notre humour se complétait, que nos réparties me faisaient sourire. Mais je terminais la conversation en lui indiquant qu’il avait pu m’avoir et qu’il n’avait pas voulu. Et qu’aujourd’hui c’est moi qui ne voulait plus!

Fière de moi, je le blacklistait sur mon téléphone, ma liste de mail et mon facebook, pour être sure qu’il ne pourrait plus jamais venir jusqu’à moi. Sur ce j’appelais Sonya pour le débrieff’

D’une traite je lui racontais tout et lui proposais de venir boire un verre à la maison le soir même pour fêter ça!

« Euh… je ne vais pas pouvoir ce soir?
 – Ah bon mais pourquoi?
 – J’ai un rendez vous ce soir…
 – Oh non ne me dis pas que…
 – Si ! Je suis désolée j’ai essayé mais j’ai tellement envie de le revoir. Je l’ai aimé comme une folle et quand il m’a appelée je me suis sentie si bien….comme transportée. Je dois essayer d’y aller!
 – M’enfin! Moi je me rappelle toutes les larmes qu’il t’a fait verser! Il n’a pas changé, on le sait toutes les deux… Alors ne fais pas ça… s’il te plaît.
 – Je suis désolée mais j’irai…
 – D’accord, mais quand il t’auras brisé de nouveau le coeur…
 – Surement que ça arrivera, mais je compte sur ma meilleure amie pour être là…
 – Bon allez file! Mais tu dois me promettre deux choses!
 – Oui lesquelles?
 – D’abord je veux que tu sois la fille la plus sexy au monde ce soir, pour qu’au moins il bave et sois dégoûté d’avoir perdu du temps !
 – Oui enfin à ce propos, ta robe Lipsy noire…
 – Tu passes la récupérer quand tu veux!
 – Et la deuxième chose?
 – Ne le laisse pas te détruire à nouveau… t’es une fille merveilleuse et sois il le voit, soit il s’en va…
 – Ok. Je t’aime ma chérie.
 – Je t’aime aussi.  »

Le coeur déprimé je raccrochais le téléphone et rentrais chez moi à pied. J’écrivais à mon Jules. Mais il était en déplacement et ne rentrerait pas avant quelques jours. Je tentais Alex, mais il était dans sa phase de remise post-rupture et enchaînais les aventures sans lendemain. J’avais toujours le numéro de mon ex…

D’un geste rageur je l’effaçais et rentrais chez moi. Un bon film et un pot de popcorn me suffirait pour ce soir!

2 réflexions sur “Episode 24

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s